Lucie van der ELST

 
Anthropomorphiste forcenée, elle cherche dans les troncs d’arbres et

les pommes de terre des visages défigurés, elle voit des rides

dans les montagnes, la fibre optique dans les cheveux blancs. 
Au Rotring, elle dessine le monde de la débrouille.

Depuis que les humains sont partis, des créatures imaginaires bricolent

des abris post-apocalyptiques au milieu des fougères tandis que de sages

cailloux rêvent, témoins du temps qui érode les surfaces.

Lucie van der ELST

Veuillez nous excuser pour le désagrément.

Effectuez une nouvelle recherche