MUZO

La vie de Muzo commença sous les meilleurs auspices.

Issu d’un milieu très aisé, il connut une jeunesse dorée,

fréquenta les collèges les plus huppés, et à l’âge de seize ans

avait déjà fait plusieurs fois le tour du monde, suivant

ses parents de palace en palace pendant les vacances.

Après un bac obtenu sans effort avec la mention

« Très bien », il chercha quelque chose d’utile à faire de sa vie.

Il hésita un temps entre l’aide humanitaire ou la peinture.

Cette dernière idée lui était venue en regardant les toiles de maîtres

que son père collectionnait et qui ornaient les murs de la demeure

familiale, parmi lesquelles se trouvaient, des Dubuffet, des Giacometti

et quelques tableaux de la Renaissance italienne. C’est ainsi qu’il entra

aux Beaux-Arts de Paris, où ses professeurs, impressionnés par sa

maturité lui conseillèrent de se présenter au Prix de Rome

dès le premier trimestre. Le travail qu’il montra à cette occasion

provoqua l’admiration, et, enthousiaste, le collectionneur François Pinault,

acheta toute sa production. Du coup, la cote de Muzo grimpa de façon

vertigineuse et le Centre Pompidou lui proposa la grande exposition

du cinquième étage. On connaît la suite…

MUZO

Veuillez nous excuser pour le désagrément.

Effectuez une nouvelle recherche